Balouchistan
Pir Gheib et l'oasis de Gokirat
Page 11/12

Un des bassins supérieurs.
Une tribu de réfugiés Afghans s'étaient installés dans cet endroit merveilleux. Certains d'entre eux avaient des traits mongoloides. L'un d'entre eux parlait un peu d'Urdu et connaissait quelques mots d'anglais. Nous avons sympathisé. 
Ces Afghans, qui avaient fui la guerre dans leur pays, ne comprenaient pas pourquoi, nous, français, vivant dans un pays en paix, habitions au Pakistan.

Nous ne purent refuser leur hospitalité et partageâmes leur repas dans une ambiance simple et chaleureuse. Très vite cependant nous durent nous excuser de devoir partir, car la route menant à Sukkur était encore longue et si nous les avions écouté, nous serions resté là quelques jours. De mes deux ans passés au Pakistan, je crois que Pir Gheib restera mon meilleur souvenir. 

Une oasis au milieu du désert de Brahui.