Sindh
Karachi : Le Dhobby Ghat
Page 5/21

Un laveur de linge du Dhobby Ghat.

L'atmosphère est putride et nauséabonde.
Tout d'abord, l'eau de la "rivière", dans laquelle se déverse tous les égouts est nauséabonde et marron. C'est elle qui sert au lavage et rinçage. Ensuite, les lavoirs sont en bien piètres états. Les habits y sont entassés avec de l'eau et de la poudre à laver, sorte de chaux fabriquée sur place dans des fours, puis piétinés. Ils sont ensuite rincés et essorés en étant frappés contre des pierres. Etendus au soleil dans la poussière ambiante, ils sont enfin repassés.
Sur les rives de la rivière Layari, les laveurs de linge, les "dhobby", travaillent chaque jour de l'année à collecter le linge sale dans les maisons et à le laver. Etre un dhobby à Karachi, c'est être à l'un des plus bas échelons de la société. Le métier se transmet de père en fils et de générations en générations. J'ai toujours été surpris par la qualité et le blanc du linge rendu quand on connait leurs conditions de travail.

Le lavage du linge donne l'occasion de se rincer également.